Quelle évolution pour la Gestion de l’Information, vers de nouvelles formes d’Intelligence

2 septembre 2009

dans Gestion de l'Information

business_intelligence

Photo (C) Pntphoto

Je profite de cette période de rentrée pour traiter d’un sujet de fond sur la Gestion de l’Information, sujet au combien présent dans toutes les discussions actuellement (j’ai d’ailleurs eu la question lors de ma récente présentation dans le cadre des TechSoftware IBM) : quel avenir pour la Gestion de l’Information en Entreprise et surtout quels sont les axes de développement et les nouveaux besoins des entreprises ?

J’ai aussi pu participer récemment à une discussion sur le sujet et voici résumés les différents éléments qui constituent peu ou prou ma vision personnelle sur le sujet.

Pourquoi parler de nouvelle forme d’intelligence en matière de Gestion de l’Information ?

Tout simplement parce que nous vivons dans un monde industriel de plus en plus instrumentalisé et de plus en plus interconnecté. Ce nouveau maillage génère un nombre croissant de mises en relations inter-entreprises, inter-acteurs, qui permet à ces Entreprises de devenir plus ‘intelligentes’ si elles s’en donnent les moyens. Ceux-ci ne sont pas uniquement humains, ils sont technologiques et supportés par une infrastructure adaptée.

La quantité de données stockées dans des silos distincts explose : chaque applicatif métier possède en général son propre référentiel de données et gère des volumes à la croissance exponentielle de ces mêmes données qui sont souvent gérées par ailleurs par un autre applicatif métier. Redondance et cloisonnement, comment tirer profit de cette masse d’information sans vision globale ?

Les entreprises mettent en œuvre de nouveaux processus métiers, de nouveaux comportements : il faut travailler mieux, de façon plus agile, plus souple, en déployant des processus toujours plus dynamiques.

L’infrastructure de gestion des données manque encore la plupart du temps de souplesse et reste coûteuse : elle se doit d’évoluer vers une forme plus intelligente, moins cloisonnée, moins coûteuse, plus sécurisée, plus dynamique.

Les ressources sont limitées : la période n’est plus à l’abondance, il faut faire mieux avec moins, être plus efficace sur son marché, face à ses concurrents, être mieux outillé pour développer de nouvelles pratiques.

Il devient donc indispensable de disposer d’une infrastructure de gestion de l’information qui réponde à toutes ces problématiques, qui permette aux managers de mieux manager, aux décideurs de mieux décider, aux gestionnaires de mieux gérer. Il est communément admis qu’un manager passe 2 heures par jour à rechercher des informations dont une bonne moitié ne s’avère pas fiable.

Le volume de données gérées explose : en 2010, le volume de données codifiées gérées par une entreprise doublera toutes les 11 heures, il y a là un véritable défi à relever pour pouvoir non seulement prendre en compte ces données (au sens métier comme au sens technologique) mais aussi et tout simplement pour les gérer. 80% de ces données seront non structurées : mails, documents électroniques, flux dématérialisés, échanges électroniques divers.

Un fort besoin de visibilité

L’entreprise d’aujourd’hui doit prendre l’avantage sur son marché, sur ses concurrents. Il lui faut pour cela prendre toujours plus de décisions structurantes, faire des choix plus pertinents, plus rapides, avec un fort degré de réactivité et de fiabilité. Il y a un véritable changement de gestion de la décision, on passe d’une vision orientée processus à une approche systémique globale.

Pourquoi faire évoluer son infrastructure de Gestion de l’Information ?

– Pour mieux gérer toutes les données
Les infrastructures de Gestion de l’Information en place sont la plupart du temps limitées en capacités fonctionnelles. On pense avoir plus d’informations disponibles mais proportionnellement on en a moins du fait d’une gestion inadaptée. C’est particulièrement vrai pour les données temps réel.

– Pour augmenter ses capacités de prédiction
Il devient crucial de pouvoir capturer, analyser et pronostiquer de façon plus globale, plus réactive et plus fine en même temps. Pouvoir aller plus loin dans la compréhension des données concernées est un atout vital.

– Pour engager la bonne chaîne de valeur
Les manageurs doivent engager les bons acteurs en fonction des informations en leur possession. C’est aussi vrai pour tout collaborateur de l’Entreprise qui doit pouvoir décider de ses actions en fonction du contexte dans lequel il est placé. Et ces informations, ce contexte doivent parvenir de la façon la plus dynamique possible, avec le meilleur niveau d’analyse et de corrélation possible afin de faciliter et d’optimiser la prise de décision.

– Pour agir le plus rapidement possible
Etre rapide et pertinent, faire les bons choix le plus vite possible, disposer de toutes les informations disponibles au bon moment. L’infrastructure de Gestion de l’Information doit pouvoir adresser l’ensemble des problématiques techniques, toutes les dynamiques propres au marché concerné, et lever les limitations propres aux ressources humaines invoquées pour faciliter la prise de décision.

L’évolution est en route, les Directions Générales sont pro-actives, la plupart des projets actuels vont déjà dans ce sens. Les éditeurs suivent, qui mettent sur le marché des offres globales, mais il faudra encore du temps pour généraliser ces infrastructures nouvelles. Quoi qu’il en soit, il est temps de se pencher sur la question et d’intégrer ces réflexions dans les projets en cours ou à venir.

Lire la suite :

Les commentaires sont fermés sur cette entrée.

Article précédent :

Article suivant :