De l’utilité des fils RSS et des aggrégateurs de news …

20 septembre 2005

dans Outils

S’il est une technologie qui a fait avancer le Web ces derniers temps, c’est bien la syndication de contenu via le fil RSS.
RSS, c’est la Really Simple Syndication, ou syndication de contenu très simple. En effet, rien de plus aisé que de découvrir l’actualité par le biais de ces fils qui fleurissent un peu partout ces derniers mois.

Le principe est simple : toutes les actualités/nouveautés/modifications d’un site web sont publiées traditionnellement sous la forme de pages qu’il convient de consulter une à une pour en connaître le contenu. C’est long et fastidieux, d’autant plus que cela impose de lire des news qui parfois ne sont pas en rapport avec ce à quoi l’on s’intéresse.
Les Newsletters vont un peu plus loin dans la mesure où elles permettent d’adresser un besoin particulier. Si je les reçois c’est que je me suis inscrit et donc que l’info m’intéresse. Inconvénient, elles sont noyées dans la masse de mails reçus quotidiennement quand elles ne sont pas purement et simplement supprimées par les modules antispams des messageries.

Le principe des fils RSS est tout autre. Le gestionnaire du site génère, à partir des informations récentes publiées sur son site, un flux XML qui contient les titres des news postées et un résumé généralement sous la forme des premières lignes de l’article concerné. Il peut s’agir de données brutes (texte), d’images, de sons (on parle alors de Podcast) ou de vidéo (et donc de videocasting). Ce flux XML est publié lui-aussi sur le site et généralement matérialisé à l’affichage par l’apparition d’un petit logo . Il suffit alors de cliquer sur ce logo pour voir apparaître la structure XML du fil en question.

Les navigateurs web ne savent pas interpréter ce flux correctement, par contre il existe quelques lecteurs de RSS (ou aggrégateurs de News) qui font ça très bien: Feedreader, RSS Bandit par exemple. A noter que le navigateur Firefox possède la capacité de lire les RSS mis en favoris de même qu’il permet l’abonnement aux fluxs détectés sur les pages web visitées. Il semble qu’Internet Explorer 7 offrira cette fonctionnalité également.

L’intérêt que l’on peut tirer de cette syndication est énorme. En effet, il suffit de copier-coller les liens exposés sur les sites visités habituellement dans son aggrégateur préféré pour ne plus avoir à faire défiler tous les matins les sites en question. Pour consulter l’actualité, l’ouverture de l’aggrégateur suffit, celui-ci affichant alors instantanément les titres et résumés des news choisies. Il est également possible de trier les affichages par catégories, de lancer des recherches sur les résultats, d’affecter des mots-clés (comme celui de sa société) pour savoir immédiatement qui parle de quoi.
Autre avantage, les lecteurs sont généralement capables de tourner en tâche de fond sur votre ordinateur et d’afficher à intervalle de temps régulier une fenêtre montrant les dernières actus. Il ne reste alors plus qu’à cliquer sur le titre concerné pour visualiser le contenu de l’article associé. Le gain de temps est énorme.

Dernière nouveauté particulièrement au point depuis quelques semaines, les moteurs de recherches dédiés aux fils RSS (le phénomène est très lié aux blogs qui sont pratiquement tous syndiqués). Feedster est un des pionniers, Google s’engage dans la bataille avec BlogSearch, actuellement en version beta mais qui devrait voir le jour officiellement bientôt. Ces moteurs sont spécialisés dans l’indexation des fluxs RSS et sont particulièrement efficaces.

Dernier avantage et non des moindres, le mécanisme de publication via la syndication permet de déclarer cette publication automatiquement auprès de serveurs centralisés comme Pingomatic. Ces serveurs dits ‘de ping’ regroupent les posts des sites déclarants mais sont surtout indexés en quasi temps réel par les moteurs cités ci-dessus. Ainsi une actualité postée sur un site, syndiquée via RSS et updatée sur un serveur de ping est visible quelques minutes seulement après avoir été postée. Rien à voir avec les 48 heures minimum d’attente pour que Google prenne en compte la modification d’une page.

A noter que le standard RSS évolue, les versions sont nombreuses (RSS 0.92/RSS 1.0/RSS 2.0/Atom) mais les lecteurs actuels sont généralement capables d’interpréter ces différentes versions.

En résumé, fil RSS et lecteur de fils, serveurs de ping et moteurs de recherche spécialisés constituent un réel apport en matière d’efficacité au quotidien pour celles et ceux qui sont avides d’informations sans nécessairement avoir le temps de parcourir le web en buvant leur café. Pour lire le fil d’actu de ce blog, copiez-coller ce lien dans votre aggrégateur :

RSS 0.92
RSS 1.0
RSS 2.0
Atom

Lire la suite :

Les commentaires sont fermés sur cette entrée.

Article précédent :

Article suivant :