De l’usage du Mindmapping dans le secteur IT

5 février 2008

dans Outils

De l’usage des Mindmap dans le secteur IT

Il y a un certain temps déjà que j’avais publié une note sur mon souhait d’utiliser le mindmapping pour me faciliter la prise de notes et surtout la réflexion. J’ai un peu avancé sur le sujet, pas suffisamment, d’ailleurs je n’ai pas répondu à Emmanuel qui me posait la question. J’ai quand même eu l’occasion encore ces derniers jours d’utiliser cette technique pour me faciliter la vie lors d’une importante réunion projet, et je suis tombé ces jours-ci sur une note de Bryce Johnson qui nous présente lui sa carte heuristique représentant le panel d’activités qu’il exerce dans son métier au sein de son entreprise.

Je vous laisse consulter la note et vous faire une idée, c’est assez parlant je trouve.

Si un spécialiste de la technique du mindmapping passe par ici, le problème principal que j’ai avec les différentes solutions essayées (logiciel Mindmanager, site en ligne MindMeister, logiciel libre Freemind) c’est de convertir la carte générée pour faire circuler l’information auprès de mes collègues qui ne peuvent lire le fichier d’origine. Je suis preneur d’expériences concluantes sur le sujet.

theChickenTest : Bryce Johnson » Business Analyst, User Experience, Front-End Architecture Practice MindMap

Lire la suite :

  • bbdanix

    Je suis de ton avis Jean-Christophe.

    Moi même je n’ai pas adhérer à l’ergonomie de « Cmaps Tools », toutefois il propose quelques particularitées interessantes :
    – il est gratuit pour un usage non professionnel
    – il fournit automatiquement un nom au relation, cela défini précisement les liens logiques. Ce qui est un manque pour les autres logiciels, puisque une relation sans nom, même si elle a une raison d’exister à sa création, peut perdre de sa signification par la suite.
    – les « bulles » flotantes sont disponible (comme pour mindmanager)
    – La disposion spatiale est conçue par l’utilisateur. Ce n’est pas le logiciel qui impose la disposition des branches. (Une carte crée par nos soins est plus efficace que n’importe quelle autre dont l’agencement aura été imposé.)

  • Jean-Christophe

    Merci bbdanix pour le commentaire,

    J’ai regardé le logiciel Cmaps Tools mais je n’adhère pas vraiment à l’ergonomie, elle ne m’a pas semblé aussi intuitive que les autres ?

    Sinon, après quelques tests, l’export d’une carte depuis Freemind vers le format flash, embeddé dans une page html, voilà une idée qui me plaît bien. C’est un format pivot en Entreprise, c’est dynamique, une piste à creuser !!

    Au passage, un avis personnel supplémentaire sur le mode de licence. L’utilisation d’un logiciel libre a un gros avantage en entreprise, il permet de tester un logiciel sans avoir besoin de l’acheter, ce n’est pas tant le problème du coût mais plus celui du processus de commande. Dans certaines organisations, lancer une demande d’achat pour un soft de ce genre paraît tellement farfelu que ce n’est pas possible (surtout que le fournisseur n’est généralement pas référencé). Le libre permet alors de tester … librement, ce qui est un vrai apport.

  • bbdanix

    Salut à vous,
    Je constate que votre problème est centré sur le partage de vos réalisations plutôt que la conception de cartes heuristiques.

    Une solution est d’utiliser un logiciel qui offre la possibilité d’exporter les graphes au format HTML.
    (exemple : Le logiciel « Cmaps Tools »)

    Pour répondre à « Sly », nous avons été formé à l’école à penser à « 1 dimension » (mode texte pur), contrairement au pays nordiques qui utilisent le mindmapping à l’école depuis leur plus jeunes âge.

    Le mind est un outil pour organiser tes idées, ce n’est pas une solution miracle (remarque:en mode texte brut, tu trouveras aussi les mêmes problèmes, c’est donc à toi de retravailler en amont les dépendances).

  • Sly

    J’ai eu à utiliser le mind-mapping dans un cours de gestion de problème. J’ai eu exactement le même problème par la suite.

    Ma solution a été de revenir à ce que je faisais au départ : des fichiers texte organisés hiérarchiquement et indentés (idéal : police à chasse fixe dans Emacs, Notepad ou votre éditeur favori).

    L’export en PPT et l’affichage « mode plan » ont leurs avantages pour aider à exporter les données.

    Le souci majeur en fait c’est pour les mind-mappings « graphes » : sur le net on ne voit quasiment que des mindmaps strictement arborescents, alors qu’on peut vouloir dans la réalité grouper des notions ou créer des liens entre branches différentes.

    C’est le seul truc que j’ai constaté qui passe mal en texte pur. À par ça, et précisément pour ce problème de format de fichier (propriétaire, ou format exporté non modifiable comme PDF ou image), j’avoue n’avoir pas été convaincu du mind-mapping par rapport à un texte bien hiérarchisé.

    Dernier « truc » : le texte hiérarchisé a UNE dimension alors que le mindmap en a DEUX. Et notre esprit lit tout en UNE dimension. Dans un bon mail on aura le souci de ranger les branches dans un ordre cohérent de dépendances, dans un mindmap on ne sait pas toujours par où commencer (une fois de plus, pas forcément le rédacteur du document mais surtout les destinataires de l’info).

    Voilà, j’espère que cette petite expérience pratique pourra vous aider.

Article précédent :

Article suivant :